Chenil Valter

Schipperke? le nom

« Je suis Belge, petit, fort, fidèle, intelligent et courageux »

Belge, le schipperke l’est indubitablement puisque l’origine même de son nom fait l’objet d’une querelle dont seuls les Belges ont la spécialité. Ainsi, si certains prétendent que ce nom provient du temps où ce petit chien était très répandu sur les péniches, d’autres affirment qu’il faut y voir une déformation du « berger » en dialecte flamand.

Le petit batelier

À l’appui de la première hypothèse vient s’ajouter le fait que la présence d’un schipperke à bord des péniches était effectivement très recherchée, et cela, à plus d’un titre : non content d’être d’une compagnie adorable et peu encombrante pour ses maitres, ce petit chien débarrassait impitoyablement le bateau de ses hôtes indésirables tels que rats et souris. Sa couleur noire unie (noir zain) lui permettait de se fondre facilement dans la nuit et de surprendre d’autant plus vivement les voleurs éventuels. Ceux-ci étaient tellement saisis d’effroi qu’ils détalaient à toutes jambes, ne prenant pas le temps d’évaluer la taille exacte du chien qui avait donné l’alarme de sa voix furieuse et percutante. C’est en ayant faire preuve de ses qualités de gardien sur les péniches et bateaux, que ce petit chien se soit donc identifié aux propriétaire du bateau ou « schipper ».

Le petit berger

Les tenants de la version du « petit chien de berger » s’appuyant, quant à eux, sur la ressemblance frappante qui existe entre le schipperke et ses grands cousins les Bergers belges, le Groenendael en particulier. Comme ce dernier, le Schipperke présente une belle fourrure noire, plus longue autour du cou, formant une collerette, et à l’arrière des cuisses, formant culotte; son corps s’inscrit à peu près dans un carré et le museau est celui d’un rusé renard.

Du Berger Belge, il en a aussi le tempérament : plein de fougue et d’énergie, il monte une garde vigilante devant les objets qui lui sont confiés, il ne lie pas connaissance avec les étrangers et il est très fidèle aux membres de sa famille auxquels il voue un attachement sans borne.

Par une dérive de divers dialectes flamands (« Schaper » dans les Flandre, « Scheper » dans la région d’Avers, « Schieper » dans les environs de Louvain-Diest), le nom schipperke s’est-il vu lié à la fonction de chien de berger.  Toutefois chacun s’accorde sur la signification du diminutif flamand « ke » qui nous rappelle la petite taille de ce chien.